Anadol STC-16

1. Otosan, fabriquant des automobiles Anadol

La firme turque Otosan, installée à Istanbul en Turquie avec l'aide de la société britannique Reliant, produisait depuis 1966 la FW5, banale berline dotée d'une caisse en matière synthétique. La désignation Anadol fut choisit parmi une liste de plusieurs noms possibles, et correspond à un soldat de la guerre d'indépendance turque. Ce nom commercial était utilisé pour l'ensemble des automobiles produites par Otosan.

2. Un coupé pour diversifier l'offre

Afin de diversifier l'offre, il fut décidé d'étudier une voiture à vocation sportive. Ainsi, en 1973 fut présentée la STC 16, dont le style évoquait (en plus maladroit) le coupé Datsun 240 Z. Son dessin était l'oeuvre de Eralp Noyan. La voiture était équipée d'un moteur Ford Angleterre, d'une cylindrée de 1599 cm3, développant 68 ch DIN. Grâce notamment à sa carrosserie en fibre de verre, la voiture ne pesait que 920 kg. Ce bon rapport poids/puissance lui permettait d'atteindre la vitesse de 160 km/h. La STC mesurait 3.98 mètres de long et 1.28 mètre de haut. A part une ou deux voitures peintes en rouge avec des bandes blanches pour des expositions, les 176 exemplaires fabriqués entre 1973 et 1975 étaient de couleur jaune.

3. Un marché peu mature pour accueillir la STC 16

Au cours des années 70, le contexte politique trouble en Turquie et ses conséquences sur l'économie ne favorisaient guère le développement et la commercialisation de ce type de voiture. Ainsi, la STC 16 fut la seule voiture de sport jamais produite dans ce pays. Il en resterait une cinquantaine en vie. De nos jours, le marché turque est monopolisé par des automobiles de grandes séries construites localement par de grands constructeurs.

Retour au sommaire de la rubrique
Retour au sommaire du site